HISTORIQUE

Histoire de l'Hof-ten-Berg

Un monument du patrimoine local de Woluwe-Saint-Lambert a donné son nom au quartier Hof ten Berg. L'Hof-ten-Berg est une jolie ferme du XVIIIe siècle dont le corps de logis date de 1750. Elle appartenait dès l'origine (1117) à la puissante abbaye bénédictine de Forest et gérait un domaine de plus de 100 hectares dont dépendait un moulin à eau aujourd'hui disparu. Le domaine fut racheté, durant la période française, par son exploitant François De Clerck, bourgmestre de Woluwe, et morcelé par ses héritiers au cours du XIXe siècle. L'édifice est classé et habité.

Sites protégés à Woluwe-Saint-Lambert : Direction des Monuments et des Sites de la Région de Bruxelles-Capitale >>

 

 

L'Hof-ten-Berg, vue ancienne
L'Hof-ten-Berg
L'Hof-ten-Berg : vue ancienne
L'Hof-ten-Berg : vue actuelle


Histoire des noms de nos rues

 

Avenue Henri Lafontaine :

Henri Lafontaine, né à Bruxelles en 1854 et décédé le 14 mai 1943 dans sa maison du square Vergote à Bruxelles.

 

Henri Lafontaine, personnalité trop méconnue, est un homme aux multiples facettes.

Il étudie le droit et conquiert un doctorat en 1877.
Inscrit au barreau de Bruxelles, il débute comme avocat sous l'égide d'Edmond Picard.

 

En 1895, il lance avec Paul Otlet l'Institut International de Bibliographie , vaste service devant assurer, selon les voeux de leurs fondateurs, un recueil complet des parutions mondiales.

On leur doit aussi la création du Mundaneum , organisme universel destiné à rassembler la totalité des données sur toutes les civilisations et cultures de la planète.

(Lien du musée : http://www.mundaneum.be / )

Profondément pacifiste, Henri Lafontaine fonde en 1899 la " Société belge pour l'Arbitrage de la Paix ". Les activités qu'il déploie en son sein lui vaudront l'obtention du Prix Nobel de la Paix en 1913. Dans le domaine politique, il siège sur les bancs du parti libéral au Sénat de 1895 à 1936.

laissant derrière lui une oeuvre intellectuelle d'une richesse incomparable.

 

Henri Lafontaine, s'est éteint en laissant derrière lui une oeuvre intellectuelle d'une richesse incomparable.

 

Avenue Oscar Jespers :

Oscar Jespers, né à Borgerhout (près d'Anvers) en 1887 et décédé à Bruxelles en 1970, est un sculpteur expressionniste belge.

Oscar Jespers était le fils du sculpteur Émile Jespers. Il étudia la sculpture à l'Académie royale des beaux-arts d'Anvers dans l'atelier de Thomas Vinçotte.

 

En 1912, il s'installa dans son propre atelier. Dans les années 1920 il sculpta principalement des œuvres en marbre dans un style cubique avec une nette inspiration africaine.

 

En 1928, il fit construire une maison à Woluwe-Saint-Lambert (avenue du Prince héritier, 149) par l'architecte avant-gardiste Victor Bourgeois. Il en fit son atelier et l'occupa jusqu'à son décès en 1970.

 

L'utilisation de la terracotta lui permit de présenter des œuvres plus intimes et plus réalistes. Après la Seconde Guerre mondiale, il s'orienta vers le bronze.

Oscar Jespers travailla à l'École nationale supérieure d'Architecture et des Arts Décoratifs (ENSAAD - La Cambre) à Bruxelles.

 

La commune de Woluwe-Saint-Lambert lui a consacré une de ses voiries (avenue Oscar Jespers).

Œuvres Ă  Woluwe-Saint-lambert

 

Avenue Henri-Victor Wolvens :

Henri-Victor Wolvens, né à Bruxelles le 6 juin 1896 et décédé à Bruges le 31 janvier 1977, était un peintre belge, soi-disant "animistes".

 

Wolvens a étudié l'art dans les écoles urbaines de Schaerbeek, Saint-Josse-ten-Noode et Saint-Gilles .

Après 1930, il s'est marié, il s'est installé à Bruges. La proximité de la mer la inspiré. Sur la côte, il peint des paysages marins, ports, digues, des plages, des digues de randonnée. En outre, il a été inspiré par les stations, les trains, les quartiers tranquilles, les promeneurs. Ce sont ses thèmes principaux, en plus des intérieurs avec des gens simples.
Wolvens peint coloré, avec de nombreuses couches superposées de peinture, dont il a donné une attention particulière à la lumière et l'atmosphère.

 


© 49laf - 2013 > 2018